Tag Archives: vampyres

Vampyres, le reportage, arrive enfin en DVD

VAMPYRES courauIl y a quelques années, je vous parlais du livre Vampyres, quand la réalité dépasse la fiction, une plongée style Gonzo dans différentes incarnations actuelles de ceux qui s’auto-proclament vrais vampires (vampyres donc). Ce livre écrit par Laurent Courau et illustré par de splendides photos de Lukas Zpira était à l’origine un reportage documentaire qui a été diffusé sur Tracks (l’une des seules émissions de TV qui vaut d’être regardée).

Cette plongée dans le vampyrisme moderne nous entrainait à New York, Paris, Amsterdam, Lausanne, Venise, Tokyo, Osaka mais aussi à la Nouvelle-Orléans (ville des vampires si il en est une autre que Paris) et faisait le tour des pratiques (occultes, fétichistes, magiques, sexuelles, …) qui entouraient (et entourent encore un peu) cette subculture qu’est le vampyrisme.

Et bonne nouvelle, le long documentaireVampyres sortira enfin en France au mois d’octobre chez Le Chat Qui Fume dans une édition collector (digipack trois volets, livret couleurs de photographies de Lukas Zpira de 32 pages, nombreux bonus dont des interviews de Michelle Belanger, Lord Zillah des Hidden Shadows, Lukas Zpira, Thierry Ehrmann de la Demeure du Chaos et Laurent Courau). En voilà un petit extrait pour vous mettre le sang à la bouche…

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xa7zlw_vampyres_shortfilms[/dailymotion]

Et pour les veinards qui trainent à Paris demain, vous aurez peut-être la chance de venir à la projection parisienne unique de Vampyres le vendredi 11 septembre au Forum des Images dans le cadre de l’Etrange Festival, en présence de Laurent Courau. Il reste encore quelques places pour demain, alors dépêchez vous. Pour ma part j’y serai (faites moi coucou).

Plus d’infos :

http://www.hackingthefuture.org

Cold Gotha de Guillaume Lebeau

Les éditions Baleine, sous la houlette de deux écrivains adeptes de l’encre noire de Chine, Guillaume Lebeau et Xavier Mauméjean, lancent la collection « Club Van Helsing ». La Baleine nous avait déjà offert une autre collection : Le Poulpe ! Pour sa première saison comportant huit volumes, le CVH s’offre quelques belles plumes du roman noir et fantastique du moment : Maud Tabachnik, Guillaume Lebeau, Xavier Mauméjean, Heliot Johan, Bizien Jean-Luc. Continue reading Cold Gotha de Guillaume Lebeau

Satanisme et Vampyrisme

satanisme vampyrisme
Paul Ariès est un anti libéral qui aime les territoires sociaux troubles et obscurs peuplés de conspirations mondiales et de sectes lobotomisatrices. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages très axés sur les méfaits de la mondialisation, de la publicité, du libéralisme excessif et des sectes. Il a également reçu le prix littéraire de l’Académie nationale de cuisine et enseigne l’histoire, la socio de l’alimentation à Lyon. En bref, rapidement comme ça, il a tout pour me plaire ce gars là.
Et en plus il nous écrit un livre sur le satanisme et le vampirisme. Alors quoi, je cours, je vole, je dévore… Hélas, il s’avère que mes intuitions guidées par les 4ème de couv accrocheuse (faudrait vraiment que j’arrête de les lire) sont souvent fausses.

Sur la forme

Le style de ce livre est malhabile. Paul Ariès peut mélanger dans un même paragraphe un témoignage et une citation officielle d’une secte, un point de vue personnel et une certitude non argumentée, ou encore un copier/coller d’un passage récupéré sur internet.
Bref, un style qui augmente le sensationnel et l’impact des mots tout en réduisant leur lisibilité et surtout leur sens.

Ce style réduit grandement la crédibilité du propos. On a l’impression que l’auteur essaie d’impressionner son public, alors que le propos du livre est plus d’informer le public.
De plus de nombreuses coquilles augmentent l’impression de publication à la va-vite (sans relecture), rajoutant une notion de pas sérieux à un livre pas vraiment structuré.

Au final, la lecture de ce livre laisse une impression désagréable de pas sérieux. Le comble quand on attaque un sujet tel que celui-ci.
Le contenu, on le verra est un peu à l’image du contenant…

Sur le fond

On ne peut nier que Paul Ariès en connaît un bout sur la question du satanisme. Il reprend ses thèses exposés dans son précédent ouvrage sur le sujet (“Le retour du Diable“), en les agrémentant de témoignages et de chiffres réactualisés. Outre la base de connaissances très solide sur le satanisme, ce livre développe et prouve l’association des idées de l’extrême droite avec celles des satanistes.

Associations d’idées qui iront jusqu’à retrouver les mêmes personnes défendant le diable et défendant le suprématisme blanc ou encore des idées de race pure et “noble”.

Certes, ça va encore choquer les derniers lecteurs satanistes de Morsure.net (il n’en reste plus je pense), mais il est évident que les “théories” satanistes ont un arrière goût d’extrême droite. Et que ceux qui ne l’ont pas vu sont soit aveugle, soit des fans de Marylin Manson (qui n’est absolument pas représentatif de l’église de Satan).

Je tiens à avouer tout de suite que je suis complètement d’accord avec Paul Ariès sur ce point : la majorité des sectes satanistes véhiculent une idéologie d’extrême droite. Ok, ça c’est le constat de base. Tant pis pour ceux qui ne veulent (ou ne peuvent) pas voir ça.

Là-dessus, Paul Ariès n’a pas tort, donc. Seulement, il explique ceci d’une façon tellement mal structurée qu’à la fin il arrive à nous faire douter de ses arguments.

L’argumentaire de Paul Ariès :

1/Les satanistes sont tous de l’extrême droite.
2/ L’extrême droite c’est des nazis.
3/ Donc les satanistes sont des nazis…

Logique basique et douteuse qui s’appuie sur la vérité de la première proposition. Hors, manque de bol, celle-ci est fausse. En effet, tous les satanistes ne sont pas d’extrême droite (pour les autres propositions je ne sais pas, je ne fréquente pas les cons).

Je vais vous proposer un autre argumentaire. Basé sur une logique implacable (la mienne) mais qui a l’avantage d’être moins basique :

Mon étude personnelle sur le satanisme (simplifié pour les gens simples qui m’écrivent des mails d’insultes simples) !

Les jeunes qui n’ont rien d’autre à foutre que d’essayer de se faire passer pour des satanistes feraient mieux de lire des livres (et pas toujours les mêmes en boucle) et d’essayer de changer pour de vrai le monde en un endroit ou tout le monde peut vivre ensemble.
Ce qui n’est évidement pas l’argument de la secte satanique qui dira en substance : “construis toi un monde rien que pour toi“. Mais qui peut croire en ça ? Imaginez, si chaque personne construit un monde rien que pour lui, ces personnes vont s’entrechoquer, se heurter, dévorer l’espace des autres. C’est donc impossible.

Mais pas impossible pour les satanistes qui ajoutent : tu crée un monde qui te ressemble et tu forces “les faibles” à vivre dedans. Il n’y aura que “les forts” qui profiteront de ce monde. Et forcément, les forts, ça sera les satanistes.
Nous revenons alors au bon vieux système des seigneurs et des serfs. Le seigneur dirige et le serf bosse. Et forcément, comme dans toute idéologie pour décérébrés (satanistes, militants de l’UMP, etc.), les seigneurs seront forcément ceux qui font partie de la bande avant les autres.

Et y’a des pauvres gens pour croire ça. Pour croire que EUX feront parti des élus alors que les autres se traîneront dans la boue pour les servir. En bref, des abrutis pour préférer basculer la civilisation dans un moyen âge stagnant quand dans une société évoluée tournée vers l’avenir. Bref des gens qui ne pensent qu’à eux… Ce sont eux que l’on appelle « satanistes ».

Mais ces gens, qui sont-ils ?

Je ne parle pas des adeptes de base, souvent des personnes sans repères qui cherchent une raison (ou une façon) de vivre. Je ne parle pas non plus des véritables gourous (les vrais seigneurs) qui contrôlent les mouvements. Ceux là ont trouvé une façon plutôt originale de vivre leurs fantasmes et de gagner du pognon. Grand bien leur fasse.

Non, je parle des petits chefs. Ceux qui rêvent de devenir seigneur pour contrôler des gens, assouvir leurs pulsions dominatrices et enfin, enfin pourvoir niquer des nanas. C’est ceux-là qu’il faut haïr. Parce que ceux-là vivent la plupart du temps aux crochets de la société qui les supporte. La plupart sont fonctionnaires ou pseudo handicapés sociaux n’étant pas obligés de gagner leur vie pour vivre bien (à coup de subventions sociales). Bref, des gens qui vivent grâce à vos impôts et pas leur travail.

Il faut les haïr, parce que eux, qui ne vivent pourtant que grâce au haut degré de civilisation de notre société, veulent la massacrer pour flatter leur ego (ou tirer un coup). Des sortes de poux ou de puces. Voyez, un poux ça bouffe son hôte, ça gratte et ça produit rien à part d’autres poux. Le « sataniste petit chef » c’est la même chose. Ca bouffe la société, ça gratte, et ça produit rien à part d’autres satanistes.

Alors, si vous voyez un pou-sataniste-petit chef, soyez sympa, écrasez le (vous paierez moins d’impôts).

Bon, revenons à Paul Ariès

Pas facile d’être un chercheur dans un domaine que l’on ne connaît pas (ou peu).

Il existe 3 façons d’enquêter sur un sujet comme le satanisme ou le vampirisme :

1/ La façons tf1/m6
Faites une recherche sur Google pour avoir quelques sites à montrer (c’est important les images). Recrutez quelques cinglés qui veulent faire parler d’eux, quelques rituels et pratiques sérieuses tirées hors de leur contexte. Rajoutez beaucoup de musique d’ambiance (tirée de films fantastique ou d’Harry Potter), une voix off grave et sérieuse susurrant des commentaires pleins de sous-entendus.

Résultat : 97% des cons sont devant leur tv et hurlent contre les abominations des jeunes goth d’aujourd’hui. Bravo, vous avez gagné plein d’audience et de pognon !

2/ La façon journaliste gonzo à la Laurent Courau (Vampyres).
Développez vos contacts dans le milieu. Vos contacts doivent être un minimum sérieux. Rencontrez les, interviewez les. Potassez bien le sujet avant de les rencontrer. Vos interviewés ne sont pas n’importe qui. Ecrivez un livre à la première personne racontant vos pérégrinations chez les vampyres.

Résultat : on vous reprochera soit de ne pas être allé assez loin dans les explications soit d’avoir fait l’apologie du vampyrisme.

3/ La façon chercheur sensationnaliste à la Paul Ariès.
Mélangez une bonne base de connaissance sur les sectes et les mouvements sataniques avec des témoignages (si possibles sensationnels) glanés ça et là. Ajoutez à ça une recherche rapide sur internet, quelques rumeurs, et des descriptions sordides, une couverture très esthétique et un titre racoleur et hop, voilà votre livre.

Résultat :

Un livre trop complexe pour les ménagères de 50 ans et pas crédible pour des jeunes déjà engagés dans le satanisme, ce livre n’aura qu’un seul mérite : exister afin de donner un début de réflexion aux paumés qui se réclame de LaVey.

Mais si vous voulez vraiment vous débarrasser de ces bêtises religieuses ou pseudo-religieuses, je vous conseillerai plutôt Michel Onfray et son Traité d’athéologie qui en quelques phrases va casser les satanistes et autres vampyres qui se réclament de Nietzsche en leur montrant ce qu’est une personne vraiment réfléchie (libre).
Et vu que je suis un vampire sympa, je vous les livre ci-dessous :

«Etre nietzschéen – ce qui ne veut pas dire être Nietzsche comme le croient les imbéciles…- exclut de reprendre à son compte les thèses majeures du philosophe au serpent : le ressentiment, l’éternel retour, le surhomme, la volonté de puissance, ….
Nul besoin – quel intérêt ? – de se prendre pour lui , de se croire Nietzsche, et de devoir endosser, puis assumer toute sa pensée. Seuls les esprits courts imaginent cela…
Etre nietzschéen suppose penser à partir de lui, là même où le chantier philosophique a été transfiguré par son passage. Il appelait à des disciples infidèles qui, par leur seule trahison, prouveraient leur fidélité, il voulait des gens qui lui obéissent en se suivant eux seuls et personne d’autre, pas même lui.
Surtout pas lui. »

Michel OnfrayTraité d’athéologie

Vampyres

vampyres laurent courau

Laurent Courau (2006) – Collection Pop CulturesEditions Flammarion

Vampyres, un livre de Laurent Courau, illustré par de splendides photos de Lukas Zpira est une enquête sur les groupes de vrais vampires qui hantent New York, mais aussi la Hollande, et la France.

Vous y trouverez une interview exclusive de Marcos Drake, de Father Sebastian, de Jean Paul Bourre et bien d’autres.

Une interview de Laurent Courau, dés que j’ai le temps, il la mérite.

Mieux Vampyres que jamais…

A l’occasion de la sortie de Vampyres un livre de Laurent Courau sur les clans de vampyres à New York, certaines pensées viennent me chatouiller le thalamus.
Vampyres nous raconte le quotidien de ces jeunes un peu paumés, vivant dans des quartiers où Joe Star n’oserait pas mettre les pieds, et qui ont trouvé un équilibre, une voie qui leur permet de ne pas se perdre.

Continue reading Mieux Vampyres que jamais…

Lettre à l’Ado

Abuser d’un enfant ou d’un adolescent n’est pas l’acte romantique sensuel d’un vampire érotique, mais plutôt l’acte d’un lâche qui abuse de son pouvoir pour satisfaire ses désirs égoïstes car il n’y a rien de plus facile d’abuser de la crédulité d’un gamin.

Nous sommes tous passés par une phase de rébellion adolescente. L’adolescence est comme une révolution : c’est dur, sanglant, souvent justifié et indispensable. Seulement c’est aussi un moment où l’adolescent est le plus exposé à des attaques extérieures…

Continue reading Lettre à l’Ado

Temple of the vampire 2

Rebondissement sur l’article “Temple of the Vampire“.

temple 2 ans après la publication de l’article ci-dessous, j’ai reçu un mail du Temple des vampires me demandant de supprimer complétement les références copyrightées à leur “organisme”.

Mail N°1

Trés poli, trés distingué ce mail… (sauf évidement la formule de politesse fasciste de base “Merci de votre coopération“)

To: cyroulchezmorsure.net
Subject: Copyright Infringement Notification
Date: Mon, 14 Jan 2002

Bonjour,
Your extensive quotes from our 1989 registered copyrighted material “The Vampire Bible” is posted at [http://www.morsure.net/les-vrais-vampires/groupes-sectes-vampiriques/temple-of-the-vampire/->245]
Would you please remove our copyrighted material from you website?

Thank you for your cooperation.
Respectfully,
Lucas Martel
Temple of the Vampire

Ptet que j’aurais du obéir plus vite… En effet, rechignant à abîmer mon joli article pondu avec tellement de passion, j’ai quelque peu oublié de répondre à leur requête. Point n’aurais-je du…

Ils m’ont réenvoyé un second mail (4 jours après… rapides les salauds). Nettement plus injonctif celui-ci.

Mail N°2

To: cyroulchezmorsure.net
Subject: Copyright Infringement Notification
Date: Fri, 18 Jan 2002

Greetings,

I do not see a need to contact your attorney.
We would prefer to NOT have to contact your ISP however.
You need only delete our registered copyright material and our trademarked logo (which is displayed on our reg membership card on your site).
Or do you wish us to simply take this to your ISP?

Sincerely,
Lucas Martel
Temple of the Vampire

Je me suis donc vu donc dans l’obligation d’enlever leur logo (la tete de mort arrangée façon nazi) et le copyright TOV mis au dessus de leur crédo…
J’en suis désolé, j’aurais aimé continuer à me foutre de leur gueule. Mais il est vrai qu’on se fout pas de la gueule d’une secte comme ça.

A la prochaine, pour la suite de la terrible saga du temple des vampires.
Vous connaissez de bons avocats ?

Nota Bene Janvier 2004

J’ai décidé de remettre leurs logos sur mon site. Et puis je vais même le griffonner leur logo (je m’en fous, je le paye mon provider, c’est légal).  Et voilà la carte de membre de la secte. J’ai le droit de la mettre sur mon site, je l’ai acheté, na !