Grèce

BARABARLAKOS, BOURDOULAKOS, BORBORLAKOS, BRONCOLAKAS, BROUCOLACA, BROUCOLACCHI, BROUCOLACCO, BROUCOLAQUE, BROUCOLOKAS, BROUCOLOQUES, BROUKOLAKES, BRUCOLACAS, BRUCOLAQUE, BRUCULACAS, BRUKOLAK, BRUKULACO, BRYKILAKAS, BRYKOLAKAS, BULCOLACCAS, BURCOLAKAS, BURCULACAS, BUTHROLACAS, BUCOLACS, CALLICANTZARO, CATACANI
CALLICANTZAROS :
enfants nés un jour de Noël qui deviennent vampires après leur mort.

ALITOS : vers Cythnos

ANAIKATOUMENOS, ANAKATHOUMENOS : vers Tenos

ANARRACHO : vers Cythera

Les imitateurs de vampire

Les Fetichistes du sang

Personnes qui se sentent attirés par l’absorption/ingestion de sang.

La différence principale avec [les sanguinaires->140] est que les fetichistes du sang ne ressentent pas le besoin physique de boire le sang pour faire cesser leur faim. Ils boivent juste du sang par perversion erotomane.

La plupart des gens les considèrent comme des “vrais vampires” du fait qu’il boivent du sang, mais ils ne sont pas considérés comme “vampires réels” par la communauté vampirique.

Ils peuvent boire du sang durant leurs rapports sexuels. Encore une fois, on peut remarquer la ressemblance avec les “vampires réels“. On peut croiser les termes fetichistes du sang avec [les sanguinaires->140] et les [vampires sexuels->256]. Ces deux catégories peuvent aussi trouver érotique la fait de boire du sang, mais l’erotisme sera supplémentaire par rapport à leur besoin physique de boire le sang ou leur besoin d’energie sexuelle.

Les fétichistes du sang ont été étudiés par les médecins, les psychiatres, les psychologues et les sociologues et il est certain que dans le passé, certains d’entre eux ont été considérés comme des vrais vampires et chassés comme tel.

Les Lifestylers

Personnes qui aiment la “mode vampire”.

Ils prennent l’esthetique classique du vampire dans les films et s’habillent ainsi chaque jour de leur vie. Certains d’entre eux peuvent même dormir dans des cerceuils.

Bien sûr, il y a beaucoup de “vampire réels” qui adorent s’habiller comme les vampires des films…

Qui ne le ferait pas ?

L’auteur pense que le film “Interview with the Vampire” a relancé “l’image vampirique”, d’une façon moderne. Qui s’habillerai encore en Bela Lugosi de nos jours (à part moi) ?

Les Rôlistes (RPG)

Les personnes qui jouent à des jeux de rôle tels que la “[Masquerade->mot15]”. Ils croient aux histoires écrites dans les livres de règles et ne croient pas que les “vampires réels” existent. L’auteur dit avoir parlé avec certains d’entre eux et que certains vivent tellement dans leur fantasy qu’ils parlent/agissent dans la vie réelle comme les personnages qu’ils ont choisi de jouer. Pour l’auteur, il sont comme des “pretres jouant à être dieu”. La plupart des “vampires réels” ne les aime vraiment pas, car ils créent des confusions dans la tête des gens sur ce que doit être un vampire.

Les Donneurs

Personnes qui donnent volontairement leur sang ou leur energie vitale aux vampires réels pour les nourir. Les vampires peuvent avoir plusieurs donneurs en même temps. Ils peuvent être des amis, amants, voisins. Ils peuvent être eux-même des vampires ou des personnes normales.

Non-psi Vampire Absorbeurs d’energie

Les personnes qui prennent de l’energie de la nature mais sans avoir de besoin physique impératif. L’autre difference que ces personnes ont avec les [vampires psy->255] est qu’ils se nourissent des forces de la nature et non de l’energie humaine. Sous cette catégorie, nous trouvons les personnes pratiquantes de la magie, du reiki, du yoga, new age, etc… Ils n’ont pas les capacités psychiques des [vampires psy->255].

Les vampires sexuels

La description la plus commune d’un vampire sexuel est qu’il s’agit d’une personne qui se nourrit d’énergie sexuelle. Les vampires sexuels sont des vampires psy.

Définition officielle d‘un vampire sexuel

vampires sexuelsUn vampire sexuel qui se réveille commence à noter que bien qu’ils fassent bien l’amour, quelque chose est absent, et là est ce sentiment dérangeant de vide et de faim. La faim grandit à chaque fois qu’ils font l’amour mais ne trouvent pas la manière de soulager cette faim. Ils se rendent alors compte que leur amant occasionel peut soulager leur faim en leur donnant leur énergie.

Il y a beaucoup de techniques, par exemple l’alimentation directement par sa bouche, ce n’est pas simplement un baiser ordinaire, ça implique l’absortion d’énergie et la sensation de vous remplir. Il n’y a aucun besoin de pénétration. L’énergie est absorbée d’autres manières. C’est principalement la théorie antique du Tantrisme.

Qu’est-ce que cette “énergie de l’amour” ?

L’énergie de l’amour est la même que l’énergie vitale. C’est l’énergie qui est dans toutes les choses vivantes. Elle est active, essentielle, et créatrice. Elle est connue sous beaucoup de noms comme : prana, ki, kundalini, shakti, orgone, aura.

Libérer l’énergie sexuelle bloquée peut contribuer à la santé personnelle, et au bien-être.

La réalisation du potentiel de l’énergie vitale signifie rentrer en contact avec votre corps, ressentir vos sentiments, et respirer le souffle de la vie. Elle signifie s’aimer et se donner le cadeau de la joie et du plaisir.

La morsure de Cyroul (mon avis)

Encore un joyeux mélange de New Age, magie et Tantrisme qui permet à quelques mâles (et femelles) en mal d’affection de pouvoir niquer de jeunes gens influençables en toute impunité.

Il est évident que faire l’amour (correctement, pas à la sauvette avec des inconnus, hein !) vous rend plein, entier. Les sentiments ressentis après une bonne partie de jambes en l’air sont exceptionnels, mais sont aussi fugitifs, impalpables, inqualifiables. C’est mieux que la meilleur des drogues, mais on ne sait pas pourquoi ni comment.

Il faut souvent des années de pratique pour apprendre à bien faire l’amour, qu’on soit une femme ou un homme d’ailleurs. C’est pas évident, et cent fois sur le métier il faut remettre son ouvrage.

Le vampire sexuel promet de réaliser ça directement. Ce n’est pas possible sauf si il y a soumission totale (mentale et physique) du sujet envers le vampire. Mais dans ce cas on ne parle pas d’amour, mais de perversion (qui est une forme d’éclate intéressante certes, mais qui n’a rien à voir avec l’amour, plutôt avec de l’exploration sexuelle).

Le vampire sexuel sous couvert de vous donner le baiser du siecle, va donc vous baiser à fond…

A vous de choisir.

Les vampires psy

Quelques distinctions peuvent être trouvées entre le terme de “vampires psychiques” et celui de “vampires psi“.

Le “vampire psychique” serait une personne qui doit se nourrir de l’énergie pranic pour contrer le déséquilibre de son propre système et qui a des capacités psychiques en même temps.

Un “vampire psi” s’alimenterait de l’énergie sans avoir des capacités psychiques. La différence est très mince, quant à savoir si l’alimentation par énergie exige des capacités psychiques ou pas. Dans cet écart, certains vampires pourraient s’alimenter sans le savoir.

Après s’être réveillé, les vampires psychiques commencent alors à apprendre, et ce qui est commun à tous les vampires, avce une ardeur pour trouver des réponses. Les vampires psychiques sont plus curieux, et ils recherchent constamment l’information tout en rassemblant les histoires de leurs égaux. Leur besoin de communication est fort.

Chaque vampire psychique doit s’examiner afin de trouver la meilleure manière de se nourrir. Les techniques d’alimentation changent d’un vampire à l’autre. La méditation, la visualisation, approche des auras, la concentration, la transformation des énergies, les projections astrales, sont quelques unes des techniques utilisées par les vampires psi.

La morsure de Cyroul

Joyeux amalgame de new age, magie et tantrisme, le vampire psy est la résultante de toutes les créations religieuses, pratiques para-médicales et soupçons personnels. En effet, une des thématiques utilisées dans toutes les medecines douces est celle du transfert et de l’absorption d’energie. En plus c’est le genre de truc qu’on peut ressentir soi-même. Il existe effectivement des personnes qui vous “pompent” votre energie (des personnes fatiguantes ou déprimantes). De là à croire aux vampires absorbeurs d’energie, j’ai des doutes.

A lire tout de même l’excellent roman de Colin Wilson, “Space Vampire“, roman adapté en film (Life Force de Tobe Hooper, avec la jolie Mathilda May). Colin Wilson était très versé dans l’échange d’energie psychique (voir son “Occulte, histoire de la magie“) et a écrit dans son roman toutes ses “idées” fantastiques à ce sujet.

Son roman, “Space Vampire”, écrit en 1976, est vraiment excellent et surprise, les vampires psychiques décrits dans cette fiction ressemblent comme deux gouttes d’eau aux vampires psychiques décrits plus haut.

Je vous laisse en tirer les conclusions que vous voudrez, hop.

Catégorisation des groupes de vampyres

Voici une liste (à mettre à jour) des différents groupes de Vampires “réels”. J’ai repris et traduit cette classification datant des années 2000 chez l’Ordre de Nekbhet, un des groupes les plus actifs.

Depuis, de nouvelles maisons se sont créées, d’autres ont disparues, d’autres encore se sont réunies. Encore une fois, je mettrais à jours quand j’aurais le temps. Continue reading Catégorisation des groupes de vampyres

Father ‘Sebastien’ Todd

arton247-25fc3Father ’Sebastian’ Todd est l’un des premiers fangsmiths vampirique.

Il est aussi éditeur de Vampyre Magazine et de l’excellent Vampyre Almanach et produi(sait) également des évenements comme the Vampyre’s Ball, the Endless Night Festival, Long Black Veil, Xorvia et Slimelight NYC.

A côté de tout ça, Father Todd a fondé le Sanguinarium, la maison Sahjaza et Sabretooth.

Il est très connu dans la communauté vampyre/gothique new-yorkaise comme auteur et producteur d’évènement et quelque part comme le fondateur de tout le mouvement Vampyrique. Aussi, si vous le croisez dans la rue, n’oubliez pas de lever votre chapeau (ou le sien).

A noter qu’on le rencontre de temps à autre au studio parisien Korozif (tatoos et piercings) et à la Cantada, le bar parisien avec de la musique qui s’écoute (et c’est rare ça à Paris).

Temple of the Vampire

Tout commence par une recherche sur le web. Oui, le web.. Vous savez cet espace infini qui vous fait découvrir des merveilles impensables ou des horreurs absolus. J’étais donc en train de parcourir les limites de cette frontière quand je suis tombé sur un site (dont tu ne verras pas l’URL sur cette page pour des raisons que tu approuveras, ô lecteur) par hasard.

temple des vampiresQuand je dis par hasard, ce n’est pas tout à fait par hasard. J’étais dans les sites “limites”, c’est à dire ceux qui mélangent joyeusement le fetichisme, les performances, le SM, le gothique et les sectes sataniques, quand je suis tombé sur THE TEMPLE OF THE VAMPIRE. “Chouette, une vraie religion vampirique !!” Peut-on s’exclamer en découvrant l’introduction sur la première page: The Temple of the vampire est une église internationale légalement enregistrée depuis décembre 1998 par le gouvernement fédéral US. Elle a des membres dans le monde entier.

Et puis on tombe en pleine SF : Le temple existe pour servir les Dieux Non-Morts (Undead Gods), qui dirige la terre en offrant le don à ceux qui sont les membres perdus de la Famille, en préparation de l’apocalypse qu’ils appellent “la Moisson Finale” (The Final Harvest).

OH OH OH ??
Ils sont très sérieux??

– Notre religion est basée sur l’expérience personnelle et des preuves, pas la foi.
– Le Temple ne tolère aucune activité criminelle par aucun de ses membres sous aucune forme que ce soit.
– Pour être un vampire, qui suit la Religion des Vampires, vous devez vous comporter d’une manière responsable et adulte en société.
– L’acte de vampirisme lui même ne requière pas l’absorption de sang physique.

AH AH AH !
C’est bien une secte !!

– Tous les services du Temple nécessitent un paiement monétaire afin de séparer les étudiants “sérieux” des curieux éventuels.
– Etant un membre à vie enregistré, vous devez porter l’Anneau du Temple et le Médaillon Rituel des Vampire (à vendre sur le site, immondes…).
– Aucun plaisir n’est interdit au Vampire.
– Chaque Bible nécessaire pour passer d’un Cercle à un autre coûte 25$US (30$US pour les étrangers). Il faut ensuite envoyer le formulaire accompagné d’une donation d’au moins 25$US. Ensuite le Temple se réservera le droit de passage d’un cercle à un autre (sluuurp!).

L’explication physique (pour les sceptiques du fond) est la suivante :
Les Dieux Non-Morts sont Ceux Qui ont se sont libérés des chaînes physiques et sont devenus Le Vampire Vivant en suivant le rituel de la Communion, le rituel le plus sacré.

Enfin arrivent les classiques grades d’accession au pouvoir et à la gloire à l’interieur de ce temple que l’on peut maintenant qualifier de secte : Le temple a une structure hierarchique qui contient cinq Grades ou Cercles. Le sacerdoce est le troisième niveau de la participation active. Les participants membres actifs, doivent d’abord lire et étudier La Bible Des Vampires (The Vampire Bible) avant de continuer à lire d’autres ouvrages.

Alors évidemment, moi j’achète ! Ce genre de trucs, j’ai jamais pu résister. Alors hop, je clique. On arrive sur la Zshop d’Amazon.com (ca fait plus très vampire là, hein?) où on voit que la Bible + les frais d’envoi, ça nous coûte qd même 220 balles (francs à l’époque = 33 euros) !
C’est pas grave, je commande (à priori, Amazon.com c’est pas des voleurs, ils auraient plutôt tendance à perdre de l’argent).
Une semaine après je reçois mon colis, enfin mon enveloppe avec dedans une trentaine de pages imprimées sur matricielle (vous savez, l’imprimante qui fait des trais horizontaux et que personne n’utilise plus depuis des années!) et reliées avec des intercalaires noires en plastiques (du genre je fais mon premier dossier pour le lycée). Comme Goodies, j’avais quand même droit à une carte de Membre à Vie (Lifetime Registration Member), une autre carte à filer à un pote que j’aime pas et une enveloppe pour envoyer mes dons au Temple.

Le contenu des pages étant à la hauteur des extraits traduits plus haut, inutile de vous dire que c’est quand même une grosse arnaque. On retrouve les mêmes conneries que chez les raëlliens, les scientologues, ou les témoins de jehova, c’est à dire apocalypse, grands anciens, aura, voyage astrale, aspiration des forces vitales à distance, etc… Tout ça me fait rire.

Là où c’est nettement moin drôle c’est les liens avoués (dans le texte et même sur leur site) du Temple avec la Satan Church américaine (cette dangereuse envahie par des gropuscules néo-nazis qui a depuis quelques années changé son fusil d’épaule en se mettant à respecter la nature et les enfants).

Dans la Bible des Vampire, ils glorifient l’eugénisme et la force (ici la survie) comme régle de vie. Inutile de vous dire que ça pue. De plus, la police de caractère utilisée dans toute la Bible des Vampires est du Gothique Allemand, ce qui 1/ est illisible et 2/ rappelle un peu trop l’allemagne à l’époque où fallait pas. Sans compter le “Hail Tiamat !” de la fin de l’ouvrage et le logo joyeusement imperialiste qui nous fait basculer doucement et sans transition du vampirisme au fascisme sombre.

Comme quoi, les Vampires attirent et fascinent, et il y en a de plus en plus qui le comprennent. Alors méfions nous, frères de la nuit, que nos légendes ne deviennent pas des faits de sociétés risibles…

Si vous êtes Le Temple des Vampires, consultez mon avocat d’abord.

Le Credo du Vampire

Traduction et interprétation : Cyroul

  • Je suis un Vampire
  • J’adore mon ego et je vénère ma vie, car je suis le seul Dieu qui est.
  • Je suis fier d’être un prédateur et j’honore mes instincts bestiaux.
  • J’élève mon esprit rationnel et je n’ai aucune croyance contraires à la raison.
  • Je reconnais la différence entre les mondes de vérité et de fantaisie.
  • Je reconnais que la loi de la survie est la loi la plus forte.
  • Je reconnais les pouvoirs de La Nuit cachée des lois naturelles que j’utilise pour ma magie.
  • Je sais que mes croyances aux rituels sont de la fantaisie, mais que la magie est réelle, et je respecte et reconnais le résultat de ma magie.
  • Je sais qu’il n’y a pas de paradis et pas d’enfer et je considère la mort comme le destructeur de la vie.
  • Je profiterais donc le plus de la vie ici et maintenant.
  • Je suis un Vampire
  • Agenouillez-vous devant moi.

Vous pouvez consulter la réaction du temple 1 an après la diffusion de cet article sur “Rebondissement sur l’article Temple of the Vampire“.

Introduction à la poésie vampirique

Bon, ok, la poésie, tout le monde s’en fout…
Y’a bien deux trois romantiques qui préfèrent lire du Rimbaud plutôt que d’écouter du Marylin Manson (je ne parle pas de ceux qui font semblant pour pouvoir se taper leur copine goth). Mais des vrais amateurs de poésie, y’en a pas des masses. Et leur nombre fond comme neige au soleil.

Pourtant, la poésie c’est un peu comme un rayon de lune sur une pierre tombale fraîchement retournée. C’est inattendu, frais, magique et plein de messages que chacun interprétera à sa manière.

Alors juste pour voir, lisez donc certains de ces poèmes, lisez les vraiment. Ecoutez les. Imprégnez vous en. Et peut-être qu’un jour béni, vous aussi vous serez sensible à la poésie…

  • 1748 – Heinrich August Ossenfelder : “Der Vampir”
  • 1773 – Gottfied August Bürger : “Lenore” traduit de l’allemand par Gérard de NERVAL.
  • 1797 – Johann Wolfgang von Goethe : “Die Braut von Korinth” (La fiancée de Corinthe)
  • 1798 – Samuel Taylor Coleridge : “Cristabel”
  • 1800 – Robert Southey : “Thalaba the Destroyer”
  • 1810 – John Stagg : “The Vampyre”
  • 1813 – Lord Byron : “The Giaour”
  • 1820 – John Keats : “La Belle Dame Sans Merci”
  • 1819 – John Keats : “Lamia”
  • 1833 – Henry Liddell : “The Vampire Bride”
  • 1845 – James Clerk Maxwell : “The Vampyre”
  • 1855 – Charles Baudelaire : “Le vampire”, “Les métamorphoses du vampire”, “Le revenant”, “La Fontaine de Sang”
  • 1864 – Théodore de Banville : “Polichinelle vampire”
  • 1897 – Rudyard Kipling : “The vampire”

Les morsures de l’aube

benacquista morsures de l'aubeUn petit tour dans les rues de Paris la nuit. Ses bars, ses clubs, ses vampires…

Ce roman vous le commencez et il vous intrigue, vous continuez plus loin et il vous titille, vous lisez un peu plus et il vous happe jusqu’à la fin.

Une ambiance extraordinaire où l’on retrouve le Paris d’en bas et le Paris d’en haut. Si vous aimez cette ville, vous allez être gâté.

Alors n’hésitez pas à le lire à la lueur d’un réverbère, flânant sur les bords de seine, imaginant peut être Violaine derrière vous, prête à vous vampiriser toute la nuit…

Tonino Benacquista

Tonino Benacquista est né à Choisy le Roi le 1er septembre 1961. Il étudie au lycée Romain Rolland à Ivry où il fréquente un certain Maurice Dantec et Jean-bernard Pouy. Après avoir suivi des études cinématographiques à Censier, il abandonne l’université pour exercer de nombreux petits boulots… Ces métiers lui assurent une indépendance financière et lui permettent de se consacrer à l’écriture de son premier roman Epinglé comme une pin-up dans un placard de G.I qui sera publié au Fleuve Noir. Il écrit également à Hara Kiri. 4 ans plus tard La Madonne des sleepings. En 1991, c’est la consécration puisqu’il remporte avec La commedia des ratés le prix Mystère de la critique, le Grand prix de la littérature policière, ainsi que le trophée 813.

Touche à tout, Benacquista a également collaboré avec Jacques Ferrandez à la réalisation de plusieurs bandes dessinées dont L’Outremageur en 1998 (grand prix interfestival 1999). Le monde du cinéma ne tarde pas à s’intéresser à Benacquista. Nicole Garcia fait appel à ses talents sur Place Vendome, où il est consultant, et Antoine de Caunes adapte à l’écran son roman Les Morsures de l’aube.

Le Dossier Holmes Dracula

Avertissement : ne lisez pas cet article si vous êtes un fan de Saberhagen ou si vous voulez vraiment lire le bouquin.  Cyroul devient méchant et dévoile la fin de ce roman-poubelle.

Pilleur de romans

J’éprouve la plus grande admiration pour Conan Doyle qui a réussi à partir de quelques lignes à créer un personnage aussi réel que Sherlock Holmes.
J’éprouve la même admiration pour Bram Stocker qui a réussi, lui, à donner corps à un personnage improbable et fantastique, le célèbre Comte Dracula, et à le graver dans notre inconscient collectif.

Posez la question à un gamin et il vous expliquera qu’Holmes était un grand détective et qu’avec le Docteur Watson ils résolvaient les enquêtes dans leur appartement de Baker Street. Demandez lui qui est Vlad Dracul, et le mot vampire lui viendra forcément aux lèvres. Demandez lui qui est Georges Sand… Un silence gêné vous répondra sûrement (mais ça, c’est un autre problème).

Ainsi donc les écrivains de talent peuvent donner vie à des personnages imaginaires, pour les rendre réels (Bilbo Baggins, Elric le Melnibonéen, C’htulhu, Gaston Lagaffe et bien d’autres sont des exemples de cette matérialisation).

Mais il existe néanmoins une autre catégorie d’écrivain qui tel des vers solitaires vivent au dépend des premiers.

Il s’agit des pilleurs de romans.

pilleur de tombeCe sont des soit-disant romanciers qui, s’appuyant sur un personnage vont le faire évoluer indépendamment de la volonté de l’auteur original (parce que celui-ci est mort ou passé à d’autres choses).

Certains de ces écrivains sont talentueux et respectent les désirs (posthumes ou pas) de l’auteur. Ainsi Auguste Derleth a bien suivi Lovecraft et Tota a saisi l’idée d’Aquablue de Cailleteaux/Vatine.

Mais combien d’autres n’utilisent la reconnaissance d’un personnage de fiction que pour asseoir une notoriété sans talent ?

Fred Saberhagen est un pilleur de la pire catégorie. Non seulement il nous avait réécrit Dracula en transformant le comte vampire en poulet névrotique (dans un premier volume), mais là il récidive en réécrivant la vie et les origines de Sherlock Holmes.

Stocker et Doyle doivent s’en retourner dans leurs tombes.

On trouve dans ce bouquin le journal de Dracula, qui a l’instar de celui de Bridgett Jones, ressemble au diary d’une jeune vierge effarouchée (non, il ne faut pas tuer les gentils gens, non, il ne faut pas tuer les gentils rats, non, il faut toujours être honnête, non les méchants doivent tous mourir parce qu’ils sont vraiment méchants, bouh).

Ce journal de Dracula est entrecoupé de la prose du Dr Watson, un peu comme un des romans de Doyle finalement. Je dis un peu, car on est très loin des magnifiques et logiques histoires du grand détective.

Les dialogues sont creux, interminables et profondément inintéressant.

L’intrigue est écrite d’avance (le grand méchant de la fin est le Dr Seward -oui, le Seward de Dracula- qui vendrait père et mère et qui veut déclencher une épidémie de peste dans Londres. On ne saura jamais pourquoi, ne demandez pas.).

Et la tension scénaristique est nulle, Saberhagen utilisant les bonnes vieilles recettes des mauvais Harlequins :

  1. Mise en place des personnages en 20 pages
  2. Blabla pour tenir 150 pages où il ne se passe pas grand chose mais on découvre que derrière tout ça il y a un grand méchant.
  3. Dénouement en 2 pages où l’on apprend qui est le grand méchant, forcément le personnage le plus improbable (et c’est très réussi, on en comprend vraiment pas ce que Jack Steward vient foutre là dedans).

Le genre de bouquin écrit à la va-vite sur un coin de table. Des comme ça je peux vous en pondre des tonnes. Mais je ne suis pas un écrivain moi, c’est pour ça que je ne serais jamais édité, snif !

Le personnage de Dracula quant à lui ressemble comme deux gouttes d’eau à Gary Oldman dans le film de Coppola : romantique, guerrier, amoureux, intègre et possédant un sens de l’honneur exceptionnel.

Et Holmes ?

En faire un personnage fatigué, nerveux et tourmenté, pourquoi pas ! Doyle l’a fait lui aussi. Mais en faire le neveu de Dracula, là c’est pousser un peu loin non ? Et continuer sur la lancée pour expliquer que le papa de Holmes c’est Radu (le frère de Dracul) et que la maman de Holmes est devenue vampire et que lui et son frère Mycroft ont été obligé de la tuer. Et finir en disant que Holmes a un frère jumeau vampire qui parcourt le monde, ça c’est fort. C’est nul, mais c’est fort.

Et si en fait, on disait que Sherlock Holmes c’était le père de Superman ? hein ? On dira qu’il s’appelle Clarc Kent-Holmes mais qu’il s’est remarié ? Allez ? C’est crédible non ? Et ça reste dans l’esprit de l’oeuvre originale, non ? N’importe quoi…

Quand à Watson, n’en parlons pas. Le pauvre n’aura jamais été aussi ridicule…

Tel un pilleur de tombe au début du siècle en Egypte, Saberhagen nous massacre donc allègrement les mythes de nos deux héros, les transformant en caricature d’eux même pour les vendre à la masse avide et débile.

Pour vérifier si vraiment Saberhagen est nul (chers lecteurs, je me sacrifie pour vous, mon travail d’investigation n’a vraiment plus de limite), j’ai commencé un autre bouquin de lui (L’échafaud pour Dracula). J’ai calé avant la fin, mais j’ai eu le temps d’apprendre que Dracula est devenu pote avec Napoléon, et bien d’autres choses palpitantes encore…

Mes lacunes en histoire sont enfin comblées, merci Monsieur Saberhagen !

Résumé

dossier_holmes_draculaUn homme écrit dans un journal. Il parle de lui à la troisième personne, parce qu’il avait perdu la mémoire à ce moment là. Lorsqu’il écrit ces lignes il a retrouvé depuis longtemps ses facultés, mais il préfère dire parler à la 3eme personne, parce que ça met du suspens dans le livre…

Pff…

En gros Dracula perd la mémoire en étant capturé par une bande de méchant qui font des expériences sur des sujets pris au hasard pour leur injecter la peste. Pas de bol le Dracul.
Mais il a des ressources et s’enfuit avant de se rappeler qu’il est Dracula (“ah ah, mais oui bien sur je bois du sang, donc je suis un vampire, ah, ah, suis-je bête“).
Et le gars Dracula décide de se venger des gens qui l’ont emprisonné parce qu’il a du sang de Valach dans les veines et qu’il est très vexé.
Voilà. Fin de l’intrigue Dracula.
Pendant ce temps là, Sherlock Holmes décide d’aider une jeune fille qui a perdu son fiancé. Comme il a que ça à foutre, il trouve cela mystérieux et passionnant et se lance à la recherche du disparu. Mais au même moment, Lestrad lui apporte une étrange demande de rançon : la vie de tous les Londoniens contre des tas de sous, sinon ceux-ci mourront de la peste.

Les enquêtes de Dracula et de Sherlock Holmes vont elles se croiser ? Les méchants vont ils perdre à la fin ?
Holmes et Dracula vont ils avoir un énorme respect l’un pour l’autre (voir même un étonnant lien de parenté) ?

Ce bouquin est il définitivement nul ?

Le site de tous les vampires